Le Bois Verre

Le Bois Verre

Les Gravures


Les Gravures

LES GRAVURES

 

 

 

Les gravures sont l’une des formes les plus antiques d’expression artistique. Dessiner, gratter, frotter, creuser, depuis la préhistoire, les hommes de toutes les civilisations ont eu l’envie de laisser des inscriptions sur tous les supports qui les entouraient : parois des cavernes, surfaces argileuses…

L’utilisation de la gravure se développe avec la naissance de l’estampe. L’estampe est une image dessinée et gravée sur une matrice en bois, en métal ou en pierre, imprimée en un ou plusieurs exemplaires sur un support généralement en papier grâce à un procédé d’encrage et d’impression.

L’estampe a été inventée en Chine au début de notre ère en même temps que le papier. Des images religieuses et des portraits de bouddha ont ainsi pu être multipliés.

Au 9e siècle en Asie, des blocs de bois gravés servent de matrice pour imprimer des tissus. En occident, l’estampe a existée dès la vulgarisation de l’emploi du papier. Vers la moitié du 14e siècle, dans toute l’Europe, les premières xylographies, imprimées sur papier, sont diffusées. Elles illustrent des passages de la Bible, des épisodes de la vie du Christ, et de la vie des saints. Elles sont le plus souvent réalisées dans les monastères par des artisans anonymes. On utilise aussi la gravure pour imprimer des cartes à jouer : en Allemagne en 1377 et en Italie en 1379.

Il existe deux types de gravures : la gravure en relief et la gravure en creux.

 

 

 

 

La gravure en relief

 

La gravure sur bois est à l’honneur dès la découverte de l’imprimerie par Gutenberg en 1453. Cette technique consiste à creuser le bois pour réserver les blancs représentant les parties lumineuses de l’estampe, et les parties de la matrice laissées en relief sont en duites d’encre pour être reproduites sur le papier. On distingue gravure sur bois de fil et gravure sur bois de bout. Il s’agit dans les deux cas d’une gravure en taille d’épargne où le relief est épargné.

 

 

  • Gravure sur bois de fil

Cette technique est utilisée au 16e siècle en Europe. Les bois utilisés sont généralement des arbres fruitiers au bois homogène : pommiers, merisiers, cerisiers. Ces planches sont découpées dans le sens du fil de la fibre du bois.

 

 

  • Gravure sur bois de bout

Au 19e siècle, l’Homme, toujours en quête de perfection, désire obtenir plus de précision et plus de rapidité dans le tirage des gravures. C’est la naissance d’une nouvelle technique : la gravure sur bois de bout. Le buis, bois extrêmement dur, est débité en tranches. Seul le cœur est conservé. La petitesse du morceau ainsi obtenu nécessite l’assemblage des cubes de bois pour former une surface homogène permettant un détourage d’une extrême finesse. La planche est soigneusement rabotée et poncée. Une fois la planche entièrement gravée, l’artiste passe un rouleau chargé d’encre sur le relief de la face travaillée. Il applique une feuille de papier et exerce une forte pression verticale. Il suffit alors de relever la feuille et le tirage est terminé. Dans le cas d’une gravure à plusieurs couleurs, le procédé d’impression est le même mais une planche sera nécessaire par couleur.

 

 

 

 téléchargement.jpg

 

Gravure sur bois

La Rivière le Soir de Louis-Joseph SOULAS en 1935

 

 

 

 

  

  • La linogravure

La gravure sur linoléum est longtemps utilisée pour illustrer les livres à grands tirages, elle a peu servi pour des œuvres originales. Le lino est plus homogène, plus tendre, et surtout plus souple que le bois. La technique de taille est semblable à la gravure sur bois. Le caractère propre de la linogravure est d’opposer fortement les noirs et les blancs. Les traits sont moins précis et plus larges que la gravure sur bois.

 

 

 

 

 

 

La gravure en creux ou taille douce

 

 

En 1452, l’artiste florentin, Maso Finiguerra réalise la gravure d’une paix sur une plaque d’argent. Afin de garder une trace de son travail, il a l’idée de remplir d’encre les creux de cette ciselure pour la reporter par frottement sur une feuille de papier. Dès la Renaissance, le technique de gravure sur métal, utilisée par les armuriers et les orfèvres, est adaptée à la gravure d’estampes. La gravure permet de reproduire et de diffuser en grand nombre des images. Les 1eres reproductions auront pour thème la religion, puis apparaîtront des traités sur l’art, des portraits de grands personnages, des évènements importants (couronnement du roi, vie à la cour …).

La gravure en creux peut être directe ou indirecte.

 

 

 

 

 

  • La gravure au burin (gravure directe)

Le dessin à graver doit être reporté à l’envers sur une plaque de métal. L’artiste utilise un burin, solide tige d’acier de section carrée ou en losange. Le burin est poussé et creuse un sillon plus ou moins profond. A chaque sillon correspond un trait d’encre sur l’estampe. Une fois l’œuvre aboutie, le cuivre gravé est confié à l’imprimeur.

 

Kasteel_van_Horst_Horst_(Essen)_Hogenberg_1590.jpg

 

Gravure au Burin

Le siège du château de Horst de Frans Hogenberg (1950)
 

 

 

  • La gravure à la pointe sèche (gravure directe)

La pointe sèche est la plus simple pour graver le métal. Il suffit d’une plaque polie et d’une pointe en acier très dur. Le graveur dessine sur cette plaque en rayant sa surface avec plus ou moins de vigueur. Le métal sera plus ou moins arraché. Chaque trait creusé sera entouré de barbes qui donnent aux pointes sèches un aspect très particulier d’enveloppement de la ligne. L’encre, au tirage, remplie les creux, et accroche les barbes. Le résultat sera, sur l’estampe, un trait flou, un noir velouté.

 

 

27moissondarvoy.jpg

 

 

 

Gravure à la pointe sèche

Moisson à Darvoy de Jeanne Champillou

 

 

 

 

  • La gravure à l’eau forte (gravure indirecte)

La plaque métallique est recouverte d’un vernis. Le graveur dessine sur le vernis avec une pointe d’acier faisant apparaître le métal. La plaque est plongée dans un bain d’acide (acide nitrique et acide azotique) dilué avec de l’eau. Cet acide mord le dessin non protégé de vernis, et creuse ainsi la plaque de métal comme le faisait le burin. La plaque est rincée à l’eau, puis le vernis est enlevé avec un dissolvant. Puis la plaque est encrée et tirée pour une épreuve d’état. Toutes ces opérations peuvent se répéter autant de fois cela semble nécessaire à l’artiste. Les traits gravés à l’eau forte sont mous et les contours irréguliers.

 

 

Jeanne-Champillou.jpg

 

 

Eau forte

Dragueurs en Loire de Jeanne Champillou en 1935

 

 

 

  

 

  • L’aquatinte (gravure indirecte)

C’est aussi un procédé de gravure à l’eau forte, mais avant de plonger la plaque dans l’acide, on recouvre certaines parties de la surface avec de la poussière ou des grains de résine. La plaque est ensuite chauffée et la résine adhère solidement au métal. L’acide mord où il n’y a pas de points de résine et creuse tout autour un petit réseau de cratère. Il met à vif un réseau grainé qui retiendra l’encre. Pour obtenir différentes valeurs de gris, on fait varier la durée de plongée de la plaque dans l’acide. Cette technique a été très utilisée par le peintre espagnol Goya.

 

téléchargement (1).jpg

 

Aquatinte de Karl Bodmer

 

 

 

 

  • La manière noire (gravure directe)

Cette technique a pour origine la Hollande, puis elle se développe au 18e siècle en Angleterre. C’est un procédé de gravure à l’eau forte dans lequel le graveur fait apparaître le motif désiré en clair, avec toutes les gammes possibles de demi-teintes, sur un fond noir obtenu par grainage à l’aide d’un berceau (ciseau d’acier à longue lame courbe aiguisée en peigne se terminant par une multitude de petites dents triangulaires et aigues). Ainsi préparée et encrée, cette planche donne une épreuve absolument noire. Puis avec un racloir, un ébarboir et un brunissoir, le graveur en lève ou écrase le grain afin d’obtenir des gris, et en repolissant la plaque, des blancs. Les noirs des épreuves sont très profonds, soyeux, et d’un aspect velouté inimitable. Cette technique donne de très belles reproductions de Rembrandt, Rubens et Reynolds.  

 

 

 

Ludwig_von_Siegen_-_Portrait_of_Amelie_Elisabeth_von_Hessen.jpg

 

Portrait de la Princesse Amélie-Elisabeth de Hesse par Ludwig Von Siegen en 1642

 

 

 

 

 

 

Procédés d’impression en aplat

 

La matrice n’est gravée à aucun moment dans la réalisation de ces estampes. On parle donc d’impression en aplat.

 

 

 

  • La lithographie

C’est une technique d’impression fondée sur la répulsion réciproque de l’eau et des corps gras. Une pierre calcaire, parfaitement plane, reçoit un dessin au crayon lithographique – crayon gras constitué de cire, de mastic et de noir de fumée. Une fois le dessin réalisé, on étend sur la pierre de la gomme arabique qui fixe les corps gras et transforme les surfaces non désirées en nitrate de chaux qui absorbe l’eau plus facilement. Au tirage, la pierre est successivement mouillée à l’éponge et encrée au rouleau avant l’impression de chaque épreuve. L’encre d’impression légèrement grasse n’adhère qu’aux endroits dessinés qui refusant l’eau sont restés secs. Une feuille de papier est placée sur la pierre lithographique encrée, et le tout est passé sous presse. La lithographie, découverte au 18e siècle par Senefelder en 1796 et perfectionnée par Engelman en1837, fût considérée à l’origine comme un moyen simple, économique et rapide de reproduction. Elle accompagne l’histoire de l’illustration, de la publicité et du journalisme jusqu’à l’arrivée des techniques de photomécanique. De nombreux artistes du 19e et du 20e siècle comme Gavarni, Toulouse-Lautrec, Bonnard ou Picasso, utilisèrent la lithographie en exploitant les possibilités techniques et la franchise d’impression.

 

 

 téléchargement (2).jpg

 

 

Au Moulin-Rouge : la Goulue et la môme Fromage, une des 1eres lithographies de Toulouse-Lautrec en 1892

 

 

 

  

  • La sérigraphie

C’est un procédé de reproduction issu des techniques de pochoirs utilisés au Japon pour l’impression de tissus. Une soie est tendue sur un châssis, et est recouverte d’un vernis aux endroits qui resteront blancs au tirage. Appliqué sur une feuille de papier ou sur un autre support, le tamis de soie est alors recouvert d’encre avec une brosse ou une raclette. L’encre traverse la soie là où il n’y a pas de vernis. Un tirage en couleur nécessite autant de tamis que de couleurs. La publicité, l’industrie, utilisent la sérigraphie sur toutes sortes de matériaux (papier, tissu, verre, plastique …) ainsi que des artistes comme Warhol ou Vasarely. 

 

 

Marilyndiptych.jpg

 

 

 Dyptique Marylin d’Andy Warhol en 1962

 


20/11/2017