Le Bois Verre

Le Bois Verre

Encadrement


Les Gravures

LES GRAVURES

 

 

 

Les gravures sont l’une des formes les plus antiques d’expression artistique. Dessiner, gratter, frotter, creuser, depuis la préhistoire, les hommes de toutes les civilisations ont eu l’envie de laisser des inscriptions sur tous les supports qui les entouraient : parois des cavernes, surfaces argileuses…

L’utilisation de la gravure se développe avec la naissance de l’estampe. L’estampe est une image dessinée et gravée sur une matrice en bois, en métal ou en pierre, imprimée en un ou plusieurs exemplaires sur un support généralement en papier grâce à un procédé d’encrage et d’impression.

L’estampe a été inventée en Chine au début de notre ère en même temps que le papier. Des images religieuses et des portraits de bouddha ont ainsi pu être multipliés.

Au 9e siècle en Asie, des blocs de bois gravés servent de matrice pour imprimer des tissus. En occident, l’estampe a existée dès la vulgarisation de l’emploi du papier. Vers la moitié du 14e siècle, dans toute l’Europe, les premières xylographies, imprimées sur papier, sont diffusées. Elles illustrent des passages de la Bible, des épisodes de la vie du Christ, et de la vie des saints. Elles sont le plus souvent réalisées dans les monastères par des artisans anonymes. On utilise aussi la gravure pour imprimer des cartes à jouer : en Allemagne en 1377 et en Italie en 1379.

Il existe deux types de gravures : la gravure en relief et la gravure en creux.

 

 

 

 

La gravure en relief

 

La gravure sur bois est à l’honneur dès la découverte de l’imprimerie par Gutenberg en 1453. Cette technique consiste à creuser le bois pour réserver les blancs représentant les parties lumineuses de l’estampe, et les parties de la matrice laissées en relief sont en duites d’encre pour être reproduites sur le papier. On distingue gravure sur bois de fil et gravure sur bois de bout. Il s’agit dans les deux cas d’une gravure en taille d’épargne où le relief est épargné.

 

 

  • Gravure sur bois de fil

Cette technique est utilisée au 16e siècle en Europe. Les bois utilisés sont généralement des arbres fruitiers au bois homogène : pommiers, merisiers, cerisiers. Ces planches sont découpées dans le sens du fil de la fibre du bois.

 

 

  • Gravure sur bois de bout

Au 19e siècle, l’Homme, toujours en quête de perfection, désire obtenir plus de précision et plus de rapidité dans le tirage des gravures. C’est la naissance d’une nouvelle technique : la gravure sur bois de bout. Le buis, bois extrêmement dur, est débité en tranches. Seul le cœur est conservé. La petitesse du morceau ainsi obtenu nécessite l’assemblage des cubes de bois pour former une surface homogène permettant un détourage d’une extrême finesse. La planche est soigneusement rabotée et poncée. Une fois la planche entièrement gravée, l’artiste passe un rouleau chargé d’encre sur le relief de la face travaillée. Il applique une feuille de papier et exerce une forte pression verticale. Il suffit alors de relever la feuille et le tirage est terminé. Dans le cas d’une gravure à plusieurs couleurs, le procédé d’impression est le même mais une planche sera nécessaire par couleur.

 

 

 

 téléchargement.jpg

 

Gravure sur bois

La Rivière le Soir de Louis-Joseph SOULAS en 1935

 

 

 

 

  

  • La linogravure

La gravure sur linoléum est longtemps utilisée pour illustrer les livres à grands tirages, elle a peu servi pour des œuvres originales. Le lino est plus homogène, plus tendre, et surtout plus souple que le bois. La technique de taille est semblable à la gravure sur bois. Le caractère propre de la linogravure est d’opposer fortement les noirs et les blancs. Les traits sont moins précis et plus larges que la gravure sur bois.

 

 

 

 

 

 

La gravure en creux ou taille douce

 

 

En 1452, l’artiste florentin, Maso Finiguerra réalise la gravure d’une paix sur une plaque d’argent. Afin de garder une trace de son travail, il a l’idée de remplir d’encre les creux de cette ciselure pour la reporter par frottement sur une feuille de papier. Dès la Renaissance, le technique de gravure sur métal, utilisée par les armuriers et les orfèvres, est adaptée à la gravure d’estampes. La gravure permet de reproduire et de diffuser en grand nombre des images. Les 1eres reproductions auront pour thème la religion, puis apparaîtront des traités sur l’art, des portraits de grands personnages, des évènements importants (couronnement du roi, vie à la cour …).

La gravure en creux peut être directe ou indirecte.

 

 

 

 

 

  • La gravure au burin (gravure directe)

Le dessin à graver doit être reporté à l’envers sur une plaque de métal. L’artiste utilise un burin, solide tige d’acier de section carrée ou en losange. Le burin est poussé et creuse un sillon plus ou moins profond. A chaque sillon correspond un trait d’encre sur l’estampe. Une fois l’œuvre aboutie, le cuivre gravé est confié à l’imprimeur.

 

Kasteel_van_Horst_Horst_(Essen)_Hogenberg_1590.jpg

 

Gravure au Burin

Le siège du château de Horst de Frans Hogenberg (1950)
 

 

 

  • La gravure à la pointe sèche (gravure directe)

La pointe sèche est la plus simple pour graver le métal. Il suffit d’une plaque polie et d’une pointe en acier très dur. Le graveur dessine sur cette plaque en rayant sa surface avec plus ou moins de vigueur. Le métal sera plus ou moins arraché. Chaque trait creusé sera entouré de barbes qui donnent aux pointes sèches un aspect très particulier d’enveloppement de la ligne. L’encre, au tirage, remplie les creux, et accroche les barbes. Le résultat sera, sur l’estampe, un trait flou, un noir velouté.

 

 

27moissondarvoy.jpg

 

 

 

Gravure à la pointe sèche

Moisson à Darvoy de Jeanne Champillou

 

 

 

 

  • La gravure à l’eau forte (gravure indirecte)

La plaque métallique est recouverte d’un vernis. Le graveur dessine sur le vernis avec une pointe d’acier faisant apparaître le métal. La plaque est plongée dans un bain d’acide (acide nitrique et acide azotique) dilué avec de l’eau. Cet acide mord le dessin non protégé de vernis, et creuse ainsi la plaque de métal comme le faisait le burin. La plaque est rincée à l’eau, puis le vernis est enlevé avec un dissolvant. Puis la plaque est encrée et tirée pour une épreuve d’état. Toutes ces opérations peuvent se répéter autant de fois cela semble nécessaire à l’artiste. Les traits gravés à l’eau forte sont mous et les contours irréguliers.

 

 

Jeanne-Champillou.jpg

 

 

Eau forte

Dragueurs en Loire de Jeanne Champillou en 1935

 

 

 

  

 

  • L’aquatinte (gravure indirecte)

C’est aussi un procédé de gravure à l’eau forte, mais avant de plonger la plaque dans l’acide, on recouvre certaines parties de la surface avec de la poussière ou des grains de résine. La plaque est ensuite chauffée et la résine adhère solidement au métal. L’acide mord où il n’y a pas de points de résine et creuse tout autour un petit réseau de cratère. Il met à vif un réseau grainé qui retiendra l’encre. Pour obtenir différentes valeurs de gris, on fait varier la durée de plongée de la plaque dans l’acide. Cette technique a été très utilisée par le peintre espagnol Goya.

 

téléchargement (1).jpg

 

Aquatinte de Karl Bodmer

 

 

 

 

  • La manière noire (gravure directe)

Cette technique a pour origine la Hollande, puis elle se développe au 18e siècle en Angleterre. C’est un procédé de gravure à l’eau forte dans lequel le graveur fait apparaître le motif désiré en clair, avec toutes les gammes possibles de demi-teintes, sur un fond noir obtenu par grainage à l’aide d’un berceau (ciseau d’acier à longue lame courbe aiguisée en peigne se terminant par une multitude de petites dents triangulaires et aigues). Ainsi préparée et encrée, cette planche donne une épreuve absolument noire. Puis avec un racloir, un ébarboir et un brunissoir, le graveur en lève ou écrase le grain afin d’obtenir des gris, et en repolissant la plaque, des blancs. Les noirs des épreuves sont très profonds, soyeux, et d’un aspect velouté inimitable. Cette technique donne de très belles reproductions de Rembrandt, Rubens et Reynolds.  

 

 

 

Ludwig_von_Siegen_-_Portrait_of_Amelie_Elisabeth_von_Hessen.jpg

 

Portrait de la Princesse Amélie-Elisabeth de Hesse par Ludwig Von Siegen en 1642

 

 

 

 

 

 

Procédés d’impression en aplat

 

La matrice n’est gravée à aucun moment dans la réalisation de ces estampes. On parle donc d’impression en aplat.

 

 

 

  • La lithographie

C’est une technique d’impression fondée sur la répulsion réciproque de l’eau et des corps gras. Une pierre calcaire, parfaitement plane, reçoit un dessin au crayon lithographique – crayon gras constitué de cire, de mastic et de noir de fumée. Une fois le dessin réalisé, on étend sur la pierre de la gomme arabique qui fixe les corps gras et transforme les surfaces non désirées en nitrate de chaux qui absorbe l’eau plus facilement. Au tirage, la pierre est successivement mouillée à l’éponge et encrée au rouleau avant l’impression de chaque épreuve. L’encre d’impression légèrement grasse n’adhère qu’aux endroits dessinés qui refusant l’eau sont restés secs. Une feuille de papier est placée sur la pierre lithographique encrée, et le tout est passé sous presse. La lithographie, découverte au 18e siècle par Senefelder en 1796 et perfectionnée par Engelman en1837, fût considérée à l’origine comme un moyen simple, économique et rapide de reproduction. Elle accompagne l’histoire de l’illustration, de la publicité et du journalisme jusqu’à l’arrivée des techniques de photomécanique. De nombreux artistes du 19e et du 20e siècle comme Gavarni, Toulouse-Lautrec, Bonnard ou Picasso, utilisèrent la lithographie en exploitant les possibilités techniques et la franchise d’impression.

 

 

 téléchargement (2).jpg

 

 

Au Moulin-Rouge : la Goulue et la môme Fromage, une des 1eres lithographies de Toulouse-Lautrec en 1892

 

 

 

  

  • La sérigraphie

C’est un procédé de reproduction issu des techniques de pochoirs utilisés au Japon pour l’impression de tissus. Une soie est tendue sur un châssis, et est recouverte d’un vernis aux endroits qui resteront blancs au tirage. Appliqué sur une feuille de papier ou sur un autre support, le tamis de soie est alors recouvert d’encre avec une brosse ou une raclette. L’encre traverse la soie là où il n’y a pas de vernis. Un tirage en couleur nécessite autant de tamis que de couleurs. La publicité, l’industrie, utilisent la sérigraphie sur toutes sortes de matériaux (papier, tissu, verre, plastique …) ainsi que des artistes comme Warhol ou Vasarely. 

 

 

Marilyndiptych.jpg

 

 

 Dyptique Marylin d’Andy Warhol en 1962

 


20/11/2017


Des Cadres sur Mesure

Toutes les moulures ne viennent pas d'Asie ! Des entreprises françaises perpétuent heureusement un savoir-faire ancestral en y apportant la technologie de notre époque. C'est le cas de Senelar-Larson-Juhl à Hazebrouck.

 

Née en 1903 à Tourcoing, elle fut d'abord la menuiserie Senelar, dirigée par son fondateur Georges Senelar. Les affaires y fonctionnant bien, une deuxième usine est implantée à Hazebrouck et augmente significativement la production. C'est André, le fils, qui a repris les rennes, puis proposé un service de fourniture de cadres sur mesure pour les encadreurs, en 1980.

 

Malheureusement, comme c'est souvent le cas, une descendance souhaitant reprendre la société fait défaut. Soucieuse de pérenniser l'avenir de l'entreprise, la famille Senelar vend alors son activité en 1995 au groupe Larson-Juhl, leader mondial de l'encadrement sur mesure. L'usine de Tourcoing ferme en 1997 et toute la production se fait désormais à Hazebrouck.

 

Aujourd'hui l'entreprise perpétue le savoir-faire originel de Senelar. Cette préservation a été reconnue en 2008 par le ministère de l'économie, qui lui a décerné le label "Entreprise du Patrimoine Vivant". Attribué pour une période de  5 ans, ce label rassemble des fabricants d'excellence, attachés à la haute performance de leur métier et de leurs produits.

 

La problématique dans ce métier, est de répondre à un double besoin : esthétique et fonctionnalité de l'encadrement. Le choix du bois, le design de la baguette, son ornementation, l'assemblage, sont autant de paramètres à prendre en compte. Le but est d'offrir aux encadreurs les moyens de renforcer leur professionnalisme et d'ouvrir le champ de leur créativité, avec des usages moins conventionnels. Encadreurs qui, de surcroît, ont le besoin de proposer à leurs propres clients des baguettes ou des cadres dont ils sont sûrs de la qualité.

 

Au fil des époques, les collections Senelar-Larson-Juhl s'enrichissent de créations originales, notamment avec de nouvelles solutions pour l'art contemporain, s'inspirant des tendances de la décoration.

 

 

 

 

Processus de fabrication des moulures

 

Les moulures brutes sont en chêne, merisier, érable, noyer ou wengé. Le bois lamellé collé abouté est réservé aux moulures dorées car il supprime les contraintes de résistance et permet d'obtenir des baguettes bien droites, qui ne se voilent pas. La forme de la moulure est dessinée à la main, soir par un designer de l'entreprise, soit par le client directement, s'il désire une baguette spécifique. Deux gabarits métalliques sont découpés par électro-érosion, le premier servant à fabriquer les couteaux, le deuxième à contrôler la forme de la moulure. Tous les gabarits sont précieusement conservés.

 

DSC_0036.JPG  DSC_0041.JPG

                         Stock de bois brut                                                 Gabarits métalliques avant découpe    

 

DSC_0039.JPG  

Gabarits métalliques après découpe

 

Les planches brutes sont délignées pour devenir des tasseaux qui prennent le chemin d'une raboteuse à quatre faces. Deux côtés plats correspondent au dessous et au côté de la moulure, un côté sera la feuillure, et le quatrième sera le dessus mouluré de la baguette.

 

  DSC_0042.JPG               DSC_0043.JPG
                          Raboteuse quatre faces                                  Préparation d'une caisse américaine

 

 

Les moulures fabriquées, intervient alors l'opération de "blanchi" ou "d'apprêtage". Il s'agit de déposer une pâte sur toute la surface de la moulure. Cette pâte est obtenue à partir du mélange de blanc de Meudon, d'un peu de glycérine et de colle de peaux (fabriquée à partir de peaux d'animaux issues des déchets d'abattoir). Naturellement blanche, elle peut être colorée en rouge ou en noire par ajout de colorants naturels. La moulure entre dans une machine spéciale qui dépose de la pâte et la racle pour ne laisser qu'un couche très fine. L'opération est reproduite environ 8 fois, avec un très court séchage à l'air entre chaque couche. L'épaisseur finale de pâte ne sera que de 0,5 à 1 mm.

 

DSC_0044.JPG

                                                    Opération de "blanchi"

 

 

Certaines baguettes, destinées aux collections avec sculptures ou ornements recevront à la suite une pâte d'ornement (ou pâte anglaise). La recette est quasiment la même que celle du blanchi, on y rajoute surtout de la résine de pin. Ces pâtes sont mélangées dans un pétrin pour obtenir des pains semblables à ceux des boulangers. Juste avant utilisation, la pâte est pétrie à la main pour prendre une forme de boudin. Grâce à une machine avec une molette de pressage pour ornement, où l'on insère le boudin et la moulure, l'ornement sort directement collé sur la baguette. Pour les ornements très fins, le principe est le même mais l'ornement est pressé sur un plaque de fer et la bande d'ornement ainsi obtenue est collée à la main sur la moulure. Les molettes de pressage sont des pièces uniques entièrement sculptées à la main par un graveur, et conservées précieusement afin de pouvoir être réutilisées à volonté en fonction de la demande.

 

DSC_0053.JPG  DSC_0052.JPG
                         Pétrin                                                                       Pains de pâte d'ornement

 

 

DSC_0054.JPG   DSC_0047.JPG
      Armoire de rangement pour les molettes de pressage                     Molette de pressage

 

DSC_0048.JPG   DSC_0049.JPG
 Machine pour faire les ornements                                                        Moulure ornementée                                                                

 

 

DSC_0050.JPG  DSC_0051.JPG
                                          Collage d'un ornement à la main

 

 

 

Après un ou deux jour de séchage, le produit est maintenant prêt pour la finition. Quinze artisans doreurs en son chargés chez Senelar- Larson- Juhl. Ils appliquent d'abord sur les baguettes une assiette (base) de la couleur souhaitée : en général rouge pour les baguettes dorées, noir pour les baguettes argentées... Mais, bien sûr, couleurs et finitions peuvent se marier à l'infini. Une fois l'assiette posée, les artisans doreurs démarrent la dorure à l'eau. Les feuilles de métal, cuivre, argent, or, sont posées à la main d'une manière traditionnelle, selon une technique datant du XVIIe siècle. Cette étape demande patience et précision, pas moins de 5 années de formation sont nécessaires pour maîtriser le geste à la perfection. Les baguette sont enfin brunies à la pierre d'agate, usées, patinées et vernies à la main. 

 

DSC_0057.JPG    DSC_0059.JPG    DSC_0060.JPG
                                       Pose des feuilles d'or                                               Patines et finitions

 

Dans tout le processus, transparaît le respect des choses et des hommes. Respect pour la nature également. L'entreprise Senelar est très soucieuse du développement durable : le bois est issu de forêts certifiées, les matériaux utilisés sont naturels. En outre, le savoir-faire traditionnel se transmet de génération en génération, et puisque aucune école ne forme à la fabrication des cadres et à la dorure, des familles entières ont travaillées chez Senelar. Leur savoir-faire ainsi que la qualité de leurs produits font de leurs moulures des produits d'exception que nous avons décidé de commercialiser au sein de notre entreprise.


02/06/2016


Les différentes colles utilisées en encadrement

La colle vinylique

 

La colle vinylique, très utilisée en encadrement, est une colle blanche destinée à coller le bois et tous ses dérivés comme le papier, le carton, le tissu ... Pour des raisons de séchage, une des deux matières à coller ensemble doit être poreuse.

 

La colle vinylique est constitué de polyacétate de vinyle et d'eau et de vient transparente et quasiment invisible après le séchage, ce qui n'est pas négligeable. On peut utiliser cette colle pour habiller un passe-partout en papier ou en tissu. Elle convient aussi parfaitement pour coller des cartons entre-eux, en cartonnage par exemple. Ce type de colle doit être posé à l'aide d'un rouleau mousse pour les grandes surfaces, ou avec un pinceau. Un ancien collage à la colle vinylique peut être décollé avec du vinaigre.

 

La colle doit être conservée dans un endroit frais et sec, à l'abri de la lumière. Si elle s'épaissit avec le temps, on peut rajouter un peu d'eau pour la détendre.

 

 

La colle d'amidon

 

Comme son nom l'indique, cette colle est préparée à base d'amidon, principale réserve en glucide du monde végétal. Elle a de nombreuses qualités :

  • Excellente conservation de la colle une fois sèche.
  • Parfaite réversibilité à l'eau
  • Très bon pouvoir collant, même quand elle est très diluée.

En vertu de ses nombreuses qualités, vérifiées au cours du temps,la colle d'amidon est adoptée dans la plupart des ateliers de restauration en France et à l'étranger, notamment dans le cas de documents de grande valeur.

Elle est vendue prête à l'emploi ou en poudre à préparer. Ses usages sont multiples : doublage, collage des déchirures, renforcement du papier, montage des charnières.

Il existe 3 sortes de colle d'amidon :

  • Colle d'amidon de maïs : elle est généralement prête à l'emploi, et se caractérise par sa viscosité élevée, sa blancheur et sa facilité d'utilisation. 
  • Colle d'amidon de riz : c'est une colle très fluide, et sa blancheur est supérieure à celle de l'amidon de maïs.
  • Colle d'amidon de blé : elle est issue de la tradition artisanale japonaise, et c'est cette version qui est très utilisée en restauration.

 

 

La tylose

 

C'est une colle à base de méthylcellulose. Elle est chimiquement neutre, et réversible. Sa viscosité est élevée à faible concentration, et elle a une très bonne résistance à la dégradation biologique et bactérienne. Comme le papier, elle absorbe l'eau en atmosphère humide, et le libère à l'air sec. Elle est totalement transparente en séchant. Son pouvoir collant est moins fort que celle de la colle d'amidon, mais comme elle est plus souple et sèche moins vite, elle est très appréciée pour certains doublages. On la mélange souvent avec de la colle d'amidon, de manière à obtenir la souplesse de l'une, et le pouvoir collant de l'autre.

La tylose sert pour le doublage, l'assemblage et la préparation de documents en remplacement ou en complément de la colle d'amidon. Elle se présente sous forme de poudre, et on doit la préparer soi-même.

 

 


02/06/2016


De l'écorce du Lokta au Papier Népalais

Que ferions-nous sans ces magnifiques papiers !

 

Le papier népalais est fabriqué à partir du Lokta, un arbuste pouvant atteindre 4 mètres de hauteur, qu'on ne trouve qu'à très haute altitude, entre 1500 et 4000 mètres, principalement dans l'est de l'Himalaya. Selon ses variétés, son feuillage est persistant (perdure toute l'année) ou caduque (tombe en automne). C'est l'écorce de l'arbre qui est utilisé dans la fabrication du papier. Les branches récoltées mettent 4 à 5 ans à se régénérer, l'équilibre écologique étant ainsi préservé, tout en apportant une activité économique aux populations des montagnes.

 

images (9).jpg  images (6).jpg

 

Les branches récoltées sont acheminées vers les village, après plusieurs jours de marche. Les branches sont pelées à l'aide d'un racloir, et seul l'intérieur de l'écorce est conservé. Elles est trempée pendant 4 à 5 heures dans de l'eau clair pour la ramollir. Elle est ensuite coupée à l'aide d'un couteau tranchant afin d'obtenir des bandes souples et lisses. Celles-ci sont coupées en morceaux de 15 à 30 cm de longueur, puis sont portées à ébullition dans un grand chaudron, avant d'être rincées.

 

L'agglomérat obtenu est pilé à l'aide d'un maillet en bois, pendant plusieurs heures. En résulte une pâte fine où la fibre n'est pas cassée mais seulement broyée et apte à être travaillée.

 

Le processus continue alors avec un nouveau passage dans de l'eau chaude. La pulpe est recueillie, puis déposée dans un tamis en bois, à la surface d'un plan d'eau. Le cadre grillagé est légèrement agité jusqu'à ce que la pulpe soit répartie uniformément pour prendre le chemin du séchage, de 2 à 8 heures selon les conditions climatiques. 

 

images.jpg  images (3).jpg

 

Les feuilles ainsi obtenues sont ensuite acheminées vers des ateliers spécialisés dans la technique des teintes, réalisées à partir de plantes locales. L'écorce de Cassius donne du brun, l'arbuste henné du brun rouge, le genévrier de l'Himalaya du brun clair, l'acacia de l'ocre et du brun rouge, le sapin et l'épicéa de l'aubergine. Ces pigments, sous forme de poudre, sont pesés et mélangés avec de l'eau. Ils sont chauffés et placés dans des seaux pour la coloration. Par équipe de deux, les femmes trempent les feuilles dans les pigments, puis les étalent sur des plaques en métal. Les feuilles sèchent pendant 2 à 4 heures au soleil.

 

images (4).jpg images (8).jpg images (1).jpg

 

Commencent ensuite le conditionnement et les voyage des feuilles dans le monde entier. 

 

En raison de sa fabrication entièrement artisanale, chaque feuille de papier népalais est unique, tant au niveau de sa couleur que de sa texture. C'est ce qui lui confère un succès inégalé.

 

 


29/05/2016